logo Viva La VieAccès Viva La Vie
Besoin de conseils ?
05 56 38 33 62
Du lundi au vendredi de 9h à 18h
Le samedi et en soirée sur rdv

Intéressement 2019 : comment motiver sans se faire tondre ?

Publié le 23 mars 2019 | Pas de commentaire

Intéressement

Les Gilets jaunes n’auraient-ils pas lu la loi de Finances 2019 concoctée par Bercy et son ministre Bruno LEMAIRE ?

Le projet PACTE permet de récompenser le travail des salariés aujourd’hui à moindre coût sur 2019 avec des mesures pro-actives par les employeurs de la coiffure.

Karl Marx le hipster hippie aurait-il inspiré un gouvernement libéral pour le partage des fruits du capital et du travail ?

Le casse-tête des primes…

L’ancienne méthode pour la récompense et la fidélisation de ses salariés étaient la bonne vieille technique de négociation des primes.

Les primes, considérées comme des rémunérations brutes, étaient fixées de gré à gré avec les employés et les salariés du salon de coiffure, avec pour les salons les plus équipés, des primes individuelles et collectives fixées sur les performances financières et non financières.

Inconvénient des primes : le coût des charges patronales, et l’éternelle problématique entre l’égalité et l’équité dans la gestion de l’humain… (Comment ça ? Il existerait des jalousies de rémunération dans les entreprises entre les salarié(e)s … ?)

Un dispositif d’intéressement jusqu’ici peu utilisé car trop complexe.

Seuls 16 % des salariés des entreprises de moins de 50 salariés sont couverts par au moins un dispositif d’épargne salariale. S’agissant de l’intéressement, c’est le cas de seulement 20 % des salariés des entreprises de 50 à 99 salariés et de 35 % des salariés des entreprises de 100 à 249 salariés.

Les freins à la diffusion de l’épargne salariale étaient multiples : coût important du forfait social pour les entreprises (jusqu’alors 20 % de la somme versée) ; accords d’intéressement et de participation complexes à mettre en place notamment pour les entreprises à taille humaine…

Révolution 2019 : la suppression du forfait social et l’ouverture à tous

Le forfait social, une contribution versée par les employeurs, est ainsi supprimé sur les sommes versées au titre de l’intéressement pour les entreprises de moins de 250 salariés, ainsi que sur l’ensemble des versements d’épargne salariale pour les entreprises de moins de 50 salariés (économie de 20 % sur chaque versement, et pas de charges patronales !!!)

Les PME qui ne disposent pas de services juridiques spécialisés pourront opter pour l’application directe de l’accord-type négocié au niveau de la branche.

Le conjoint du chef d’entreprise lié par un PACS, et qui dispose du statut de conjoint collaborateur ou associé, pourra bénéficier de l’intéressement, de la participation et de l’épargne salariale.

L’obligation de disposer d’un plan d’épargne employé (PEE) pour mettre en place un plan d’épargne retraite collectif (PERCO) sera levée.

Quelle différence entre intéressement, participation, et épargne salariale ?

Ce sont tous les trois des accords collectifs entre chef d’entreprise et salariés.

La participation est une fraction du résultat distribué aux salariés, sans qu’ils soient actionnaires.

L’intéressement est une performance quantitative à atteindre sur les chiffres clés de l’entreprise et qui est distribuée sous conditions personnalisables pour chaque salon (croissance du CA, atteinte d’un niveau de marge minimum, seuil de dépassement du Résultat Courant Avant Impôt, temps de présence effectif, …)

L’épargne salariale est le dispositif de plan d’épargne instauré pour récolter l’intéressement et/ou la participation, avec un système d’abondement en Plan d’Epargne Entreprise (recherche d’un capital) ou PERCO (recherche d’un complément de revenus pour la retraite) que peut réaliser le salon de coiffure, jusqu’à 25 % de la rémunération du salarié, et jusqu’à 3 249 € par an pour un salarié…

Quelles étapes pour ouvrir un plan d’intéressement ?

Il s’agit d’ouvrir le dialogue, (et non pas la boîte de Pandore…) avec les salariés.

Si ces derniers sont trop immatures, une décision unilatérale du chef d’entreprise suffit pour réaliser les opérations suivantes :

  1. Définition du montant de la prime d’intéressement
  2. Définition du mode de partage de l’intéressement (temps de présence ou rémunération)
  3. Définition du plafond individuel de versement,
  4. Définition de l’abondement par le salon de coiffure.
  5. Faire ratifier l’accord par signature du chef d’entreprise et des salariés sur une feuille d’émargement
  6. Déposer l’accord auprès de la DIRECCTE dans les délais prévus via la plateforme en ligne www.teleaccords.travailemploi.gouv.fr

L’astuce de FA CONSEILS PATRIMOINES :

Définissez un montant d’intéressement atteignable, mais qui ne plombe pas la trésorerie de votre salon de coiffure.

Nous conseillons de fixer une prime d’intéressement entre 5 et 10 % du Résultat Courant avant Impôt , afin de faire prendre conscience aux salariés du salon de coiffure que c’est la marge qui vient rémunérer le fruit du travail, pas seulement le CA…

Comme disait Stendhal : « La chance s’attrape par les cheveux, mais elle est chauve…”

Soyez acteur de votre propre enrichissement.

Article rédigé par

Erwan RENAUX

Fondateur et Président associé de FA Conseils Patrimoines - Bordeaux

Vous voulez en savoir plus ?

Laissez-nous un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FA CONSEILS PATRIMOINE, SAS au capital social de 158 000€ - siret 538 849 621 00031 - TVA intra fr 31538849621 - APE 7022Z numero ORIAS 12065365 - Membre anacofi-cif numero E002972 -
Mentions légales